Actualités Rumeurs

Google, une future capitalisation boursière à 1000 milliards de dollars ?

Allez, je vais caser cet article dans la catégorie « Rumeurs », car je n’ai pas de catégories « Spéculation » ou « Prédiction ». Je trouve cette analyse beaucoup trop ambitieuse, ou précoce, je ne sais pas, toujours est-il qu’un analyste financier canadien au doux nom de Howard Lindzon, pense que Google sera la première entreprise à atteindre une capitalisation boursière à 1000 milliards de dollars.

Screenshot 2014-01-07 at 22.15.59

Ambitieuse, car le chemin sera forcément semé d’embûches (il l’évoque dans son billet), précoce car le chemin est encore très très long. Pour rappel, à l’heure où j’écris ces lignes, la capitalisation boursière de Google est de 380,48 milliards $US, soit 1 139,37 $US par action, loin derrière Apple et ses 485,89 milliards $US, soit 540,04 $US par action.

Howard Lindzon nous livre donc 6 éléments à prendre en compte, le premier plutôt ironique (mais pas complètement), est qu’Apple se plante, les autres arguments étant quand même un peu plus sérieux.

  • Google aura besoin d’innover côté logiciel et matériel
  • Le gouvernement devra rester hors de son chemin. La politique monétaire est sans aucun doute une aide qui permettra de maintenir son rapport Prix/Revenus fort en prévision de l’avenir
  • L’énorme appétit de Google dans les acquisitions. Depuis 2001, Google n’arrête pas ; au total il a pris possession de 141 entreprises, la dernière en date est Bitspin le 04 janvier dernier
  • L’impressionnante expérience de vente au détail de Google, mais également la monétisation de Google Play, Hangouts et YouTube (soit une multiplication des sources de revenus)
  • etc…

Bon à préciser, notre source rappelle que ses analyse sur Google se sont révélées exactes jusqu’à présent.

De mon côté, je vais quand même vous dire ce que j’en pense. Sans vouloir troller, je pense qu’Apple se cassera la gueule un jour ou l’autre car ils ont une obligation d’innover à chaque produits qu’ils lancent (je prie pour que ça n’arrive pas car il faut absolument de la concurrence, et je ne veux pas d’une concurrence qui nous vienne des marchés chinois). La majeure partie de leur chiffre d’affaire dépend directement des produits qu’ils vendent. De plus, désolé de penser ça, mais les actionnaires Apple sont de véritables carnivores financiers, qui demandent sans cesse du rendement, cela amènera d’une façon ou d’une autre des choix stratégiques inopportuns.

Du côté de Google, ils n’ont pas ce souci constant de devoir innover, car ils sont une source de revenus garantis quasi illimitée avec Google Search (vous avez certainement entendu parler de Google Adwords, Google Adsense…). Ils peuvent se permettre de racheter, d’innover sur certains produits même s’ils font face à certains flops (vous souvenez de la Google TV, de Google Waze…) sans que cela ne touche la marche en avant de la boîte. C’est sur ce principe là que j’ai toujours considéré que toutes les autres entreprises avaient un train de retard.

Source

A propos de l'auteur

Christophe

Passionné de high-tech et fasciné par Google, ce blog est un "laboratoire" permettant de m'exprimer sur les différents services et produits de Google, en premier lieu les chromebooks et les appareils Nexus

18 commentaires absolument uniques ont été postés à ce jour

  • Ta vision vis à vis de l’innovation est bizarre : une boîte peut prendre une part de marché significatif si elle parvient à porter une innovation à son public. C’est en général un phénomène ponctuel, pas quelque chose de continue. Et ce n’est bien sur pas le seul moyen de prendre ou concserver des parts de marché…
  • Elle est juste réelle. Si Apple se plante sur ses prochaines iPhone (car ça reste qu’on le veuille ou non la principale source de revenus), je pense que les actionnaires vont avoir quelques sueurs froides. Si Google se plante sur un produit, ça ne sera pas très grave, ils l’ont déjà fait et ils le feront encore.
    Certaines boîtes ont juste besoin d’innover plus que d’autres. Et pour Apple, je suis convaincu que ça va prendre un caractère obligatoire. Hélas, je trouve que l’innovation, ils l’ont perdu depuis maintenant deux ans. Le 4S a été une demi déception et le 5, j’en parle même pas.
  • @Christophe: Waze est déjà un flop ou tu voulais parler de Google Wave?

    1000 G$, c’est définitivement possible selon moi, car la publicité sur le net ne représente encore qu’une modeste part du marché total de la pub. La part de marché du net va très probablement continuer à progresser, et Google est bien placé pour en profiter. Alors, oui, combiné aux autres sources de revenus, 1000 G$, c’est envisageable.

  • Google est très vulnérable sur son coeur de métier : la pub. lorsque Apple a sorti l’iphone, ils ont eu des sueurs froides. la pub sur mobile allait émerger rapidement, et il n’avait rien de prêt. cette fois, ils ont su réagir assez vite (ils y ont quand même laissé leur éthique)… Mais rien ne garanti qu’au prochain grand changement, ils seront assez rapide. Ils sont aussi très dépendant des marques : si Samsung, demain, passe sous tizen (et même si ça ne concerne que le bas et milieu de gamme), ils seront aussi dans le caca…

    l’innovation, ce n’est pas quelque chose de perpétuel. je préfère bien faire la différence entre l’amélioration continue et l’innovation, qui apporte en général une certaine rupture. Apple est une des rare boite à faire de l’innovation, et elle le fait de manière assez particulière : sans tâtonnement, ou presque. ils ont popularisé le smartphone, la tablette, le magasin d’applications, l’écran à haute densité, et avec le 5S, qui est un succès d’ailleurs, la biométrie… Pour autant, ils savent aussi faire de l’amélioration continue, et leur marketing est suffisamment efficace pour le valoriser également : le 4S et le 5 se sont remarquablement bien vendu…

  • La recherche Google n’a tout simplement aucun concurrent… il faudrait qu’ils perdent vraiment beaucoup de temps pour se faire rattraper sur ce secteur.
    Concernant les supports utilisés, ça se passe de commentaire, 85 % des smartphones sont sous Android au niveau mondial, Google Chrome est devenu le navigateur numéro 1 (c’était d’ailleurs très loin d’être gagné avec l’hégémonie d’IE à l’époque).
    Donc, au niveau de la pub, je crois bien qu’ils n’ont aucun souci à se faire, leurs revenus vont d’ailleurs certainement croître de façon importante avec notamment l’apport de YouTube qui devient colossal.
    La dépendance au marque, c’est le virage un petit peu manqué de la part de Google, qui est en train de se positionner aussi bien au niveau ordinateur (Chrome OS) que smartphone (Motorola). Concernant Motorola, je ne les vois pas manquer leur grand retour, le Moto X et le Moto G en sont un très bon exemple. Les deux produits reçoivent des évaluations exceptionnelles de la part de tous les médias.
    Concernant l’iPhone 4S et 5, oui, ils se sont très bien vendus, mais ces ventes ont été en dessous des espérances (et largement) des actionnaires, et surtout, la réputation en a pris un sacré coup. Bien sur, il y a les fans absolus qui ne changeront pas, mais il y en avait des fidèles qui ont quitté le navire, et vraiment beaucoup.
  • Le problème de dépendance aux constructeurs (c’est ce que je comprends quand tu parles de « dépendance aux marques »), je pense que ce n’est pas un problème majeur. Samsung veut vendre des téléphones, c’est pourquoi il ne va pas aller sur Tizen, Ubuntu ou Fire OS demain. Il va se plier à Google, et non l’inverse, car il veut que son téléphone ait accès à Google Play, ait accès au meilleur écosystème Android. L’écosystème n’a pas ou peu d’importance pour celui qui veut un simple téléphone. Au niveau des smartphones, le marché lucratif, l’écosystème est la clé, et c’est par celui-ci que Google exerce un contrôle sur Android. Pas trop de soucis à se faire du côté des constructeurs, à mon avis, tant que Google maintient son avance au niveau de ses services et de son écosystème.
    C’est du côté de concurrents comme Amazon, Microsoft et Apple, qu’on observe les limites de la démarche de Google. Amazon a de gros moyens et une expertise lui permettant de créer pour Android un écosystème duquel Google reste exclu (sans plus d’imagination que MS, ils ont choisi bing). Android ne protège pas Google, Google doit continuer à se protéger en maintenant la distance sur la concurrence. Google, plus qu’Apple, est pris dans une spirale d’innovation. Et il a des ennemis de taille.

    Mais son potentiel de croissance est bien supérieur à celui d’Apple, en l’état actuel. Google est né du besoin de traiter et de rendre utiles des quantités massives de données. Apple et Microsfot ont de gros moyens, mais c’est Google qui a le meilleur savoir-faire pour « the Internet of things ». Ce sont les deux autres qui ont des sueurs froides.

  • Le monopole de Google sur la recherche n’existe pas partout : en Chine ou au USA, Google ne pèse que 2/3 du marché. C’est ce qui compte pour Google au final : si un constructeur change le moteur de recherche par défaut, ça peut vite devenir chaud

    La part de marché d’android, tizen peut inverser la tendance en deux ans, avec le poids de Samsung. Les moto et nexus sont des succès tout à fait relatif.
    Chrome est premier ? Ça dépend des sources. Il faudrait se pencher sur l’interprétation des chiffres avant d’affirmer ça.

    Et bien sur, personne n’est à l’abri d’un changement majeur et brutal qui rebattrait les cartes…

  • tu relèves des faits te permettant de contredire les autres, c’est bien, et ce serait encore mieux si tu relevais leur pertinence.
    Pour Chrome, c’est vrai, il faudrait savoir comment Netapplications réussit à donner 57% du marché à internet explorer alors que les nombreuses autres sources le placent (parfois, assez loin) derrière Chrome. A priori, je trouve peu crédibles les chiffres de netapplication, je suspecte que leur méthodologie soit passablement biaisée.

    Avec tizen, comment samsung ferait-il pour « inverser la tendance en 2 ans »? Un bel appareil, ça reste une coquille vide dans un environnement dépourvu d’applications. Les exemples d’échecs sont nombreux. Samsung n’est pas très présent dans l’internet ni le software il me semble… alors comment fera-t-il? L’option principale de samsung serait de se ranger derrière windows, pas tizen.

  • La seule chose que je cherche à contredire ici, outre le volet sur l’innovation, c’est l’hypothèse comme quoi Google est presque intouchable, rien d’autre. On ne parle même pas d’échec ou de réussite de l’entreprise, mais de sa capitalisation boursière, beaucoup plus volatile, et plutôt decorellée de son succès éventuel.
    Si tizen fait tourner les applis Android (sans qu’il soit nécessaire que le développeur fasse quoi que ce soit d’autre que juste la republier), c’est bon. C’est un Samsung, il fait tourner toutes les applis, c’est suffisant jusqu’au milieu de gamme, soit l’essentiel des terminaux aujourd’hui sur Android.
    En ce qui concerne la part de marché des navigateurs, net application comme statcounter sont fiables. Ils ne compte tout simplement pas la même chose. Net application compte des visiteurs uniques, statcounter compte un nombre de pages vue. Les plus gros consommateurs d’Internet étant sous chrome, statcounter le met devant. Ceux qui utilisent peu le navigateur, que ce soit un novice ou l’utilisateur d’un poste en entreprise, sont pls nombreux, et ont ie. On peut remarquer qu’il se passe la même chose avec les parts de marché dans le mobile : Google met (cette foi ci) en avant sa part de marché importante, mais en grande parti composé d’utilisateurs peu intensifs, quand Apple met en avant l’usage…
  • J’aimerais nuancer quelque peu mon propos précédent :
    Je parlais d’innovation vs progrès continue. Je trouve que ça ne reflète pas le flou de la frontière qu’il y a ici.
    A la réflexion, je pense qu’il serait plus judicieux de parler de niveau d’innovation (un peu dans le même sens que niveau de langage informatique) : innovation de haut niveau quand son impact est clairement sensible par l’utilisateur (par exemple l’écran rétina), innovation de bas niveau quand ça ne concerne que la technologie sous jacente (par exemple les soc A6 et A7 d’apple, ou le procédé de fonderie à 22nm d’intel). Il reste ce que j’appel l’innovation produit, qui créé ou redéfini complètement un marché (par exemple l’iphone)
  • – Pour Statcounter et Netapps, je ne sais pas si ça explique tout l’écart mais ça en explique certainement une bonne partie. Merci pour les précisions. Et surtout, il faut être cohérent, en effet, quand on regarde les parts de marché d’iOS et d’Android.
    Je dois admettre aussi que le bas de gamme n’a pas besoin d’être fidèle au Play store. Il y a donc une certaine volatilité des parts de marché d’Android. Par contre, je pense que c’est une erreur de croire cette volatilité impacte directement sur les revenus de Google.

    Google ne dépend pas tant que ça d’Android. Il permet de réduire l’hégémonie d’Apple et de Microsoft, et ça, c’est stratégique. Si d’autres systèmes ont le même effet, c’est gagné pour Google. La clé, c’est de maintenir son avance dans son armada de services, et d’affaiblir la position dominante de ses principaux concurrents qui ont désormais besoin d’intégrer plusieurs services clés de google.

  • Oui, je relie et je suis tout à fait d’accord: Google n’est pas intouchable. Mais il a de bonnes assises. C’est ce qui intéressant actuellement: Google, Apple, MS, Facebook, aucun n’est intouchable. On a longtemps assisté à l’invincibilité de MS, et c’est enfin révolu. L’équilibre des forces est bien meilleur aujourd’hui.
  • Il faut peut être pas prendre pour argent comptant tout ce que je dis, mais bon quand même…
    Le monopole de Google est planétaire sur la recherche, qui peut le contester ? En Chine, c’est la censure, il ne faut pas prendre des données régionales ou continentales mais globales.
    Concernant le moteur de recherche par défaut, ça me rappelle également le navigateur par défaut. On voit aujourd’hui ce que c’est devenu.
    Les consommateurs ne sont pas tous avertis, mais faut pas non plus les prendre pour des niais.
    Enfin, pour répondre de façon globale aux commentaires, si on compile les données des différents cabinets d’analyse, oui, Chrome est désormais premier. Les chiffres dégagent des tendances, certaines données sont donc biaisées, mais il faut rester réaliste, Chrome est passé en première position. Et la domination serait encore plus incroyable si certains machines dans certaines boîtes ou collectivités ne tournaient pas avec du IE 6, 7 ou 8 !
  • Samsung a juste un appétit de géant. Et à voir trop grand, ils vont manger tout petit.
    C’est très clair, Samsung veut se dissocier d’Android pour voler de ses propres ailes. Auront-ils les compétences techniques en matières de développement pour que Tizen égale Android, ma réponse est non.
  • On sait bien que la bourse est volatile. Ce qui est difficile à déchiffrer, mais qui a quand même une résonance, c’est pourquoi les analyses tablent sur une grosse augmentation de la capitalisation boursière pour Google en particulier. S’ils en arrivent à ça, c’est qu’ils ont quelques éléments à se mettre sous la main.
    N’oublions pas ce qui arrive, avec les voitures connectés, la Google Glass…
  • Bon, personne n’est intouchable, mais oui, les gars, je suis d’accord.
    Enfin, en ce moment, et pour les 2 à 3 prochaines années, je crois bien qu’ils le sont quand même un peu, intouchables….

Laissez vous aussi un commentaire exceptionnel (ou pas !)

Pour lutter contre les spams, merci de valider le Captcha de sécurité * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Partage cet article par mail