Chrome

I’ve seen the future, it’s in my browser

C’était inévitable, à force d’écrire des articles vantant les mérites de Chrome OS et autres services de Google, je me suis fait traiter de fanboy  :mrgreen:. Pourtant, je croyais être un mec plutôt ouvert. En vérité, ce qui me passionne et m’obsède au point de passer mes week-ends à écrire sur ce blog, ce n’est pas tant la marque Google que le mouvement initié par le langage HTML5.

Si si, j’en suis sûr

La fin des spécifications est prévue pour 2014, soit un peu plus de 7 ans de travail fournis par le W3C pour définir le nouveau standard du web. Il faut bien s’arrêter à un moment donné, histoire de fixer les idées, même si le WHATWG assurera l’évolution du langage après cette date. Le HTML5 est un standard vivant.

  • Le navigateur qui parlait à l’oreille des machines
A moins que vous ne sachiez vous-même lire la matrice, pour surfer sur le web, il vous faut une planche et aujourd’hui il existe 5 grandes marques: Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari et Opera. Peu importe votre choix, ils seront tous à un moment où à un autre capable de lire le HTML5, dans leur version mobile ou fixe.

Le choix du navigateur importera peu en 2014. Ils liront tous les HTML5.

Avec un langage unique pour parler à différentes machines, les navigateurs jouent le rôle de traducteur. Ils doivent donc comprendre le HTML5 et savoir retranscrire le code à votre téléphone mobile ou à votre grand écran de télévision.
  • Les machines qui parlaient à l’oreille du navigateur

Avec Chrome OS, Google a mis en place un nouveau paradigme, où le système d’exploitation se met au service du navigateur et non l’inverse. L’OS ne sait plus dialoguer directement avec les applications et le navigateur n’en est plus vraiment une. Toute la réussite de cette entreprise tient dans la capacité du langage à fournir des applications ergonomiques et performantes.

La technologie Native Client, les Chrome Packaged Apps… sont très fortement liées au navigateur Chrome, en version fixe uniquement pour l’instant. Force est de constater que le standard HTML5 n’est pas suffisant pour proposer certains types d’applications, les jeux 3D de qualité console notamment.

Les technologies comme Native Client resteront indispensables en complément dans certains cas.

Avec Firefox OS, la Mozilla Foundation reproduit le paradigme mais reste fidèle à 100% au standard. Le choix du mobile a peut-être été fait pour viser la plus grande masse potentielle d’utilisateurs, mais je le trouve aussi pertinent parce qu’il y a peu d’usages mobiles auxquels ne peut répondre HTML5.

Pour les petits écrans, HMTL5 convient.

  • Le mec qui ne sait pas expliquer pourquoi c’est le bon choix
Arrive le moment où un ami vient vous demander conseil pour l’achat de ses prochains téléphone mobile et téléviseur grand écran. Comment ne pas ternir votre bonne réputation de geek avisé ?!
Le choix Apple: « T’achètes un iPhone et une Apple TV. C’est quoi ton problème avec Apple ? ».

Pourquoi se faire des noeuds au cerveau?

Le choix Microsoft: « T’achètes un Windows Phone 8 et une XBox720… naaan, j’rigooooole ».

Effectivement, ils devraient l’appeler comme ça

Le choix Google: « Tu déménages à Kansas City, tu t’inscris à Google Fiber et t’achètes un Galaxy Nexus ».

Il y a juste un petit problème géographique…

Le choix HTML5: « T’achètes une Chromebox à 329€ et le prochain smartphone sous Firefox OS à 1€ chez ton opérateur. C’était bien tes vacances ? ».

A propos de l'auteur

Christophe

Passionné de high-tech et fasciné par Google, ce blog est un "laboratoire" permettant de m'exprimer sur les différents services et produits de Google, en premier lieu les chromebooks et les appareils Nexus

7 commentaires absolument uniques ont été postés à ce jour

  • Qui ose te traiter de fan boy ! xD

    Le HTML5 est bien pour poser les bases et permet d’avoir le même rendu quelques soit le navigateur (comme tu as dit dans l’article). Je trouve que c’est l’essentiel du web.
    Lorsqu’on veut faire une application plus évolué on se rend compte que c’est plus gourmand que du flash (qui se voulait aussi multi-plateforme), malgré l’évolution des moteurs javascript.

    Et du coup pour un smartphone, pour une même utilisation (à l’extrême : un jeu), il faudrait un smartphone plus puissant, ce qui ne sera pas plus avantageux pour le consommateur.

    J’ai donc un avis mitigé sur ça. Il faudrait aller plus loin dans la démarche et faire par exemple un Native Client standard, mais on connait la « guerre » entre les gros pour imposer leur format ….

  • Il y va fort: En 2015,

    « ChromeOS aura une part de marché supérieure à Windows 8 sur les PC portables professionnels.FirefoxOS aura une part de marché supérieure à Windows Phone 8 et BlackBerry sur les smartphones ». J’ai aussi appris une chose en lisant ses articles: « Microsoft a confirmé que Windows 7 sera maintenu jusqu’en janvier 2020 ». Comme on commence tout juste à y passer là où je bosse, ça veut dire que j’en ai pour encore 8 ans à travailler sur Windows :'( si je ne change pas de boîte d’ici là.

  • Intéressant l’article en lien, la lecture en vaut la peine. Si l’hégémonie du Html5 s’avère vraie, en tout cas, Google sera prêt. Pourtant, il n’entrevoit pas une pénétration très importante de Chrome OS, ce qui est un peu paradoxal. À quoi bon iOS ou Android si tout se fait en Html5, l’OS le plus optimisé pour cet usage devrait se tailler une place, non?

    Par ailleurs, même si je trouve parfois ridicules les craintes de ceux qui ont peur du Cloud mais échangent à peu près n’importe quoi par email, il reste que la conversion au Cloud mérite réflexion.
    D’une part, il y a des enjeux comme ceux soulevés par l’article que Florian avait traduit (en 5 parties).
    D’autre part, je suis tombé sur l’article de quelqu’un qui a temporairement perdu toutes ses données: Macbook, téléphone et tablette réinitialisés, compte Google supprimé, tout cela par un pirate.

    Il y a deux raisons qui me poussent vers le Cloud: la mobilité et en finir avec la servitude du PC (configurer l’OS, faire les backup, me demander si je devrais en faire plus au cas où je serais victime d’un vol ou d’un incendie, réparer les bêtises des proches, mettre à jour mon matériel et on recommence à l’étape 1, …). Et du coup, je me demande si le Cloud va vraiment me libérer.

  • Le sujet est trop vaste et intéressant pour être restreint à cette case de commentaire. Je pense que j’écrirais une suite à « I’ve seen the future, it’s in my browser », traitant davantage du « cloud OS ».

Laissez vous aussi un commentaire exceptionnel (ou pas !)

Pour lutter contre les spams, merci de valider le Captcha de sécurité * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Partage cet article par mail