Actualités

Google I/O 2012: Session de rattrapage

J’espère ne pas faire trop doublon avec les articles de Christophe et autres contributeurs de googland.fr, l’idée étant de rassembler dans ce post les 2 keynotes et les vidéos que j’ai pris le temps de visionner. J’en profite pour vous faire part de quelques commentaires tout à fait personnels.

  • Keynote n°1: Android, Play et… base jump ?!
Comme l’année dernière, la 1e keynote présentait les nouveautés concernant Android:
Le système mobile de Google passe donc à la version 4.1, ou Jelly Beans si vous préférez. Comme la numérotation l’indique, l’évolution depuis Ice Cream Sandwich n’est pas suffisamment visible pour justifier une v 5.0. Elle apporte toutefois une optimisation globale des performances de l’OS, au travers d’un projet nommé Butter.
Au dessus de sa mécanique bien beurrée, Jelly Beans gère intelligemment l’ajout de widgets sur les bureaux et propose un espace de notifications particulièrement enrichi. Par exemple, une notification GMail permettra de lire directement les premières lignes, la réception d’un sms s’accompagne d’un bouton direct pour rappeler le contact, etc… Ces 2 évolutions font gagner du temps et sont donc bienvenues.
J’utilise quelques fois la recherche vocale et je trouve qu’elle marche très bien (cela dit, je le fais en anglais…). Dans Jelly Beans, Google a intégré la fonction de diction qui existait déjà, sauf qu’on peut désormais l’utiliser hors ligne. Ce qui était traité auparavant par les serveurs de Google peut désormais être fait par le système de façon autonome. Cependant, le « knowledge graph » des serveurs reste nécessaire pour obtenir des réponses aux questions de culture générale. La démonstration de cette fonctionnalité m’a particulièrement impressionné.
Le nouveau service Google Now veut aller plus loin dans l’accès à l’information utile et personnalisée en proposant un jeu de « cartes » dédiées à des sujets particuliers (transports en commun, commerces, restauration, évènement sportif…). L’aspect positif de cette fonctionnalité est qu’il transforme Android en véritable assistant personnel. Cependant, il est forcément intrusif. C’est pourquoi, Google nous laisse le choix de l’activer ou pas.
Concernant Google Play et le programme Nexus, je commence à sérieusement envier les américains qui peuvent dès maintenant s’offrir la très abordable tablette Nexus 7 et profiter d’une offre légale via Google Play Music, Books, Videos, Magazines… Je crains que cela prenne un certain temps avant d’arriver en France, mais ne désespérons pas. La Nexus 7 est une réelle rupture et il faut remercier Asus d’avoir réussi à construire un appareil performant au prix plancher de 200 $. Certes, il n’y a pas de caméra arrière, pas de possibilité d’extension mémoire via micro SD et pas de carte SIM 3G. Nous comprenons donc qu’elle est faite pour rester dans le salon ou dans les lieux sous couverture Wifi. Quoique rien n’empêche d’embarquer un peu de contenu hors-ligne, même avec seulement 8 Go.
La Nexus 7 a tellement accaparé les esprits ces derniers temps que Google a tranquillement pu garder le secret sur le Nexus Q, un appareil domestique, très design (un joli petit Q comme dirait l’autre…), équipé du même processeur que le Galaxy Nexus et capable grosso-modo de jouer votre contenu Google Play (musique et vidéo) sur votre télé et/ou vos enceintes. Si vous avez déjà utilisé Youtube Remote, la philosophie du produit ne vous sera pas étrangère, car à travers votre smartphone ou tablette, vous pourrez piloter le Nexus Q, grâce au cloud. Donc, la Nexus 7 ne communique pas directement avec le Nexus Q, c’est Google Play qui fait l’intermédiaire. Ce principe offre l’avantage principal du cloud, i.e. le partage. N’importe qui peut via son Android ajouter sa musique à la playlist de votre Nexus Q. Je suis séduit par le produit car je trouve qu’il complète bien la Nexus 7 pour une expérience domestique plus… grande. Mais il est évident que cela concurrence la Google TV, même si cette dernière permet d’utiliser des applications et de jouer, ce que ne semble pas proposer le Nexus Q. A 300$, c’est tout de même un équipement luxueux. A titre de comparaison, Vizio va commercialiser un boîtier Google TV Co-Star à 100$.
Je zappe volontairement le sujet Google+ ainsi que le show américain proposé par Sergueï Brin autour de Google Glass. Un « base jump » retransmis en live a eu le mérite de casser le rythme d’une keynote un peu trop bien scripté. Mais soyons honnête, cette « expérience » n’a que peu de rapport avec les smart-lunettes. Bon ok, d’accord, on peut retransmettre en direct sur Hangout sa vision. Le co-patron de Google a bien choisi son moment, juste en plein milieu de l’explication de Google+ Events, lui aussi centré sur la retransmission en direct d’évènements organisés (et très bien intégré à Google Calendar). Je me suis personnellement assez ennuyé pendant cette partie de la keynote et heureusement qu’il y avait la belle rousse (légèrement stressée) pour m’occuper l’esprit 😆 . On aura certainement l’occasion d’en reparler (de Google Glass, pas de la rousse).
  • Keynote 2: Chrome, Drive et… Skynet?!
A côté d’Android/Google Play, la plateforme Chrome/Google Apps s’affiche comme une force tranquille. Une 2e keynote efficacement menée par Sundar Pichai:
Chrome continue à progresser et atteint désormais 310 millions d’utilisateurs. Il n’est pas précisé si ce chiffre inclut Chrome for Android, car ce dernier vient tout juste de sortir sur canal stable et il ne fait aucun doute que cela va fortement contribuer à l’audience du navigateur. De plus, Chrome for iOS est désormais lancé. Donc la plateforme couvre quasiment l’intégralité du paysage mobile (smartphones et tablettes).
De façon assez étonnante, la plateforme tend à standardiser l’accès hors-ligne. Est-ce un aveu d’échec ou Google s’adapte-t-il simplement à une infrastructure réseau qui ne tient pas ses promesses partout ? Quoiqu’il en soit, il était de toute façon indispensable d’avoir Google Docs Offline et le travail est tellement bien fait qu’on ne voit même pas la différence entre le mode connecté et déconnecté. Sur GMail hors connexion, c’était déjà le cas, mais sur une application partagée comme Google Docs, c’est admirable. J’imagine que ça n’a pas du être facile et je leur souhaite bon courage pour Google Spreadsheet et Google Presentation. Il est pour moi évident que si Microsoft n’aligne pas Office sur le même niveau de simplicité que Docs pour le travail collaboratif, il perdra beaucoup de parts de marché.
L’intégration de Drive dans Chrome OS a été très brièvement évoquée. J’imagine qu’il y avait peu de chose à démontrer. Le principe est similaire à Drive for Windows après tout. Cela dit, l’autre démonstration qui m’a scotché et qui a réellement démontré l’intérêt de Drive, c’est la fonctionnalité de recherche. Les serveurs Google sont mis à contribution pour scanner/analyser vos documents pour vous permettre de les retrouver facilement lorsque vous ne les avez pas classés. Cherchez « Pyramide » et il vous retrouvera vos photos contenant une pyramide ou vos PDF contenant ce mot. J’ai eu quelques cours sur l’analyse numérique des contenus en école d’ingénieur et je sais que ces algorithmes nécessitent de la puissance que ne peut pas offrir un ordinateur personnel à bas coût. Voilà pourquoi je pense que de l’ère de l’ordinateur personnel, nous allons passer à celle du cloud personnel. C’est la raison pour laquelle je soutiens autant l’initiative Chrome OS. Google va même plus loin en proposant son infrastructure via Compute Engine. La démonstration du décodage du génome en quelques secondes m’a personnellement beaucoup plus ému que la séance « base jump ». C’est grave docteur ?
Enfin pour conclure, je dirais qu’en visionnant cette 2e keynote, je n’ai pu m’empêcher de penser au Skynet de Terminator. Le réseau des serveurs Google parvient déjà à reconnaître des chats, alors tuer Sarah Connor sera bientôt une formalité pour lui. Hasta la vista … baby.

A propos de l'auteur

Christophe

Passionné de high-tech et fasciné par Google, ce blog est un "laboratoire" permettant de m'exprimer sur les différents services et produits de Google, en premier lieu les chromebooks et les appareils Nexus

22 commentaires absolument uniques ont été postés à ce jour

  • En gros pour Google Docs Offline : possibilité d’éditer hors ligne un document qui sera synchronisé une fois hors ligne.
    Ce n’est valable que pour le traitement de texte (donc pas de tableur ni de présentation) et impossibilité de créer un document hors ligne.
    Si je me suis pas tromper, tout ce temps pour ça …. c’est plutôt ridicule …
  • Attention Christophe, la v20 de Chrome OS est encore en beta :). Mais comme Google ne s’est pas trop étendu sur le sujet, on peut en déduire qu’ils n’ont pas réussi à finir correctement cette intégration à temps. Il va sûrement falloir attendre la v21 pour avoir quelque chose de solide.
  • Oui, c’est bien ça. Continuer à éditer un .gdoc existant, en étant hors-ligne, puis une synchronisation automatique une fois reconnectée. Je ne sais pas si on peut créer des .gdoc en étant déconnecté. Scratchpad permet de créer des petites notes qui se synchronisent automatiquement sur Drive. La solution de contournement est de d’avoir en permance un .gdoc vide déjà créé, au cas où :p.

    Enfin, je n’ai pas trop envie que Google pousse le bouchon vraiment plus loin, l’idée n’étant pas de porter complètement l’application Docs dans le code de Chrome OS. Ça violerait un peu la philosophie du système.

    Spreadsheet et Presentation ne sont pas encore éditable hors-ligne en effet. Patience :)…

  • Oui, en beta, mais visiblement, plus pour très longtemps, c’est d’ailleurs pour cette raison que je l’ai mise sur mon chromebook. Et je vois pas trop comment ils vont pouvoir améliorer ça en quelques jours. A mon avis, cette intégration arrive trop rapidement, on sert une fois de plus de beta testeurs !
  • Sincèrement dans cet état, c’est strictement inutile et même pour le traitement de texte c’est incomplet (impossibilité d’ajouter une image…).
    Surtout que c’est annoncé depuis bien 2 ans …

    Je veux bien qu’on mise sur du « toute en ligne » mais il faut quand même un minimum, et selon moi une suite bureautique et un lecteur multimédia sont le minimum.

    Je vois pas ce que ça change à la philosophie de Chrome OS, d’ailleurs, quand on parle de Gdocs, on parle de Chrome et le système d’exploitation n’a rien avoir avec ça. (Hormis que ce dernier ne fait tourner que chrome).

    Celui qui veut du tout hors ligne, n’installera pas la suite bureautique tout simplement …

    Pour ta solution du gdoc vide, outre le fait que c’est complexe, ça ne marche pas si tu crées 2 fichiers issus de ce document vierge (en étant hors ligne). Tu éditeras le premier, puis éditera le second, et tu te rendras compte que le premier est devenu identique au second (Testé sur windows). (Car les .gdocs, ne contienne que des entêtes)

  • J’aurais l’occasion de tester un peu Docs Offline et Drive sur le nouveau chromebook en fin de semaine prochaine (si la v20 sort en canal stable d’ici là).

    C’est clair que le mode déconnecté pour les web apps est un sujet aussi compliqué que le collaboratif pour les desktop apps… Avec Docs Offline, Google tente par tous les moyens d’y arriver via HTML5… et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça a l’air dur à coder.

    Je viens de regarder la vidéo « The Next Evolution of Chrome Apps » et ce qu’il en ressort, c’est que de plus en plus, les web apps du Chrome Web Store vont s’installer sur Chrome, comme actuellement les extensions. Une bonne partie du code va se retrouver dans le système, accessible hors ligne. Je n’aime pas vraiment ce principe. Heureusement, l’utilisateur aura le choix de désactiver l’application installée comme il désactive une extension.

    http://www.youtube.com/watch?v=j8oFAr1YR-0&list=UU_x5XG1OV2P6uZZ5FSM9Ttw&feature=plcp

    Ce que je veux dire, c’est qu’il ne faudrait pas retomber dans les vieux travers des anciens systèmes et se mettre à systématiquement alourdir la machine cliente. Ce n’était en tout cas pas trop la vision que j’avais de Chrome OS.

  • Pour ma part, j’ai essayé de créer un
    document hors-ligne et il n’y a eu aucun problème, et la synchro
    s’est faite lors de la connexion.

    Je sais pas ce qui se passe aavec Chrome 20, mais depuis que c’est installé, l’affichage est tout croche, avez-vous les memes problemes? je ne vois pas ce que j’écris

  • Je viens d’avoir un problème général: Chrome refusait de charger une fenêtre. Ecran vide pour n’importe quelle fenêtre: Internet, Paramètres, tout…

    Bon, il est vrai qu’auparavant, j’avais éteint Windows comme une brute.

    Du coup, j’ai essayé de désinstaller Chrome… et le désinstalleur a disparu! Etrange…

    Du coup, je retélécharge Chrome (à partir d’IE, ça faisait longtemps…) et me voilà avec un Chrome tout neuf qui remarche.

    Avant l’install, j’avais checké la version, j’étais sous un 20….m. Et maintenant je suis sous la 20.0.1132.47.

    Il s’est visiblement passé un truc là… Chrome fonctionne à la vitesse de l’éclair après cette réinstallation. Bon. J’ai pas tout compris. Est-ce le fait d’avoir éteint Windows comme une brute sans fermer Chrome ou autre chose?

    Quoiqu’il en soit, la réinstalle a duré 1 minute et j’ai récupéré tout mon environnement (favoris, option de démarrage…).

  • Ah oui, je confirme. Hier, le bouton « Nouveau document » était dispo qu’en ligne :/ (J’avais déjà Chrome 20)

    Sinon, pas de souci particulier avec chrome 20 (sur win 7 64 bits)

  • Tout croche. La petite fenêtre de commentaire s’affiche mal et je ne vois pas ce que j’écris. Il y a une coupure dans l’affichage de la page, la phrase est coupée et on retrouve la suite trois ou quatre lignes plus bas. Les zones de saisie de données semblent inaccessibles.
  • Troisième tentative, en 2 ou 3 jours,
    et ça fonctionne pour la création d’un nouveau document hors-ligne.
    Il y a un bouton rouge « Nouveau document ». Ça ouvre le
    traitement de texte avec « Document sans titre » et il
    demande de lui donner un titre. Et tout fonctionne comme ça devrait.
    C’est étrange que ça ne fonctionne pas pour vous.

    Dans la page « nouvel onglet »,
    je peux voir que les appli suivantes fonctionnent hors-ligne :
    Drive, Agenda, Gmail, Bloc-notes et Google Play Books. Leur icône
    est en couleur alors que les autres sont grises.

  • Je n’ai pas IE, mais l’affichage est
    correct sur Firefox, et je n’avais pas ce problème avec les versions
    antérieures de Chrome.

  • Une interview récente (
    http://news.cnet.com/8301-17939_109-57463393-2/sundar-pichai-chrome-exceptionally-profitable-for-google-q-a/ ) de Sundar Pichai contient des révélations très intéressantes autour de Native Client.

    Quick Office, acheté par Google, serait candidat à un portage sur Native Client.

    Il évoque également la difficulté de rendre Docs, Spreadsheet et Presentation fonctionnels hors-ligne car ce sont des applications qui ont été écrites en JavaScript avant l’arrivée de Native Client (et aussi de Dart).

    Le temps que Google rende toute sa suite bureautique fonctionnelle hors-ligne, il est possible qu’un autre acteur se pointe avec sa propre suite sous forme d’une Chrome Packaged App. Comme en plus il est tout à fait possible d’intégrer une application dans Drive, la porte est grande ouverte pour qu’un acteur extérieure vienne proposer sa propre solution. Même Microsoft pourrait le faire! Tu imagines? Chrome Office?! Bon, c’est un délire, mais pourquoi pas Chrome Libre Office ou Chrome Quick Office.

    Il parle également d’un retard sur l’initiative PNaCl qui est censé permettre de faire tourner NaCl sur tous les processeurs ARM. Cela explique probablement le retard que prend Chrome/Chrome OS sur cette architecture.

Laissez vous aussi un commentaire exceptionnel (ou pas !)

Partage cet article par mail