Chrome OS

Chrome OS: Les constructeurs taïwanais hésitent encore

On peut faire confiance à Digitimes pour retranscrire très rapidement l’actualité des entreprises IT basées à Taïwan. Selon ce post, les premiers résultats de vente de Chromebooks Acer seraient décevants, environ 5000 unités écoulées durant le mois de juillet.

Pas de commentaires du constructeur sur ces chiffres peu encourageants et qui ne l’aideront pas à faire du profit sur cette année 2011 plutôt mal commencée.

M. Eric Schmidt, évangéliste officiel de Google, est donc parti récemment prêcher la bonne parole à Taiwan. Difficile cependant de faire des miracles face à la morosité du marché des notebooks et à l’hésitation justifiée des constructeurs.

Un système hautement sécurisé, rapide et qui plus est gratuit, mais que demande le peuple? Tout simplement plus de support marketing de la part de Google.

Moi, je ne demande qu’une chose à Asus: Qu’il donne une chance à cet OS prometteur. Un Zenbook d’entrée de gamme, sous Chrome OS, à moins de 500 €.

Ce n’est pas parce que les premiers essais des autres constructeurs ont peu enthousiasmé le public qu’il faut lâcher l’affaire. Google ne risque pas d’arrêter le support de Chrome OS du jour au lendemain. Le projet est intimement lié à Chrome qui gagne en part d’audience sur tous les systèmes dont Linux. Dans le pire des cas, si Acer ou même Samsung se retirent, il restera… Motorola Mobility.

Il y a autre chose que Windows dans la vie, mais Google va devoir y mettre du sien.

A propos de l'auteur

Christophe

Passionné de high-tech et fasciné par Google, ce blog est un "laboratoire" permettant de m'exprimer sur les différents services et produits de Google, en premier lieu les chromebooks et les appareils Nexus

24 commentaires absolument uniques ont été postés à ce jour

  • C’est assez décevant de voir des ventes si modestes. Mais pour convertir les gens au Cloud, il est temps que Google améliore sérieusement son Google Docs. Il me semble que les choses n’avancent pas vite de ce côté. Il faut la prise en charge des feuilles de style et plus de fonctionnalités, parce que pour le moment, je préfère encore travailler sur mon vieux traitement de texte.
  • mais que demande le peuple? des machines qui ne coûtent pas plus cher que tous les autres netbooks et un HD qui permet de travailler quand on a pas de connection
  • Je pense qu’il ne faut pas acheter de Chromebook si on souhaite travailler hors connexion, peu importe les améliorations que Google peut apporter à sa suite bureautique à ce niveau. Le système est bâti sur Chrome et par essence est un navigateur Internet destiné à être connecté. En fait, ce système prendrait tout son sens s’il était directement inclus dans nos box Internet.

    Le prix « élevé » des Chromebooks est à relativiser. D’un côté, nous avons des notebooks haut de gamme, dont le récent Asus Zenbook, qui démarrent à 800€. De l’autre, nous avons les netbooks qui sont petits avec un prix d’entrée qui descend jusqu’en dessous de 200€ avec le Asus X101 sous Meego.

    Mais il faut tout peser dans la balance: La qualité de l’écran, l’autonomie, la performance, etc… Ma cousine a récemment acheté à 300€ un Netbook Samsung jugé comme excellent par la presse IT et elle m’a remonté qu’il était extrêmement lent à faire tourner Office 2007. Ajout d’une barrette de RAM nécessaire donc, ce qui au final augmente un peu plus le prix. Il est aussi impossible de regarder une vidéo en 720p avec le X101. Tout cela, on s’en rend compte à l’usage, après achat.

    Les Chromebooks disposent d’un très bon clavier, écran mat, autonomie de 8h, large pavé tactile… Ils sont loin de faire autant de compromis que les netbooks et c’est pourquoi Google n’a jamais utilisé ce terme pour les appareils sous Chrome OS. 

    A architecture technique équivalente, ils sont plus fins, plus légers et moins chers que la grosse majorité des notebooks.

    Je pense qu’il faut tout simplement attendre la 2e génération pour juger. Celle qui je l’espère verra apparaître des Chromebooks se rapprochant des ultrabooks (Intel) très puissants et/ou pourquoi pas des smartbooks (ARM) moins gourmands.

    Quant au mode déconnecté, HTML5 peut apporter quelques solutions comme on a pu le voir sur « GMail hors connexion » ou « Angry Birds », mais il ne faut pas s’attendre à des miracles non plus.

  • Je suis d’accord avec toi sur pas mal de point, et je rajouterais que pour pas mal de personne, une fois déconnecté, l’ordinateur leur est inutile.

    Il ne faut pas oublier que nous sommes dans une période de transitions pour les processeurs atoms et une partie des ARM (dont les tegra). Les constructeurs attendent surement ces nouveaux processeurs. Le CES de Las Vegas apportera surement des surprises.

    Les Chromebooks sont bons (compte tenu de leur caractéristique), mais cette génération se base sur un processeur en fin de vie. (enfin du moins, la partie graphique). Ce qui ne permet pas de vendre le produit.

    Pour le HTML5, il a surtout la grosse qualité d’être vraiment multi-platforme, mais les performances et les possibilités restent encore très basses. Par contre d’autres apport peuvent faire évoluer Chrome OS, comme native client (qui reste encore très limité), mais dont les performances semblent vraiment visibles (Pour s’en convaincre, il suffit de tester Flocking Geese, sur le webstore, pour voir les diffs entre une app native et en javascript : https://chrome.google.com/webstore/detail/hjoknlchfolpgpnehoelkgklihdipcmn )

  • Elle claque cette démo! 

    J’attends encore la première vrai 
    application exploitant NaCl (et autre chose qu’un jeu). Pourquoi pas Google Sketch Up par exemple, ou alors une refonte totale de Google Docs (si ça se trouve, c’est en cours…).

    Bref, un truc qui mettrait tout le monde d’accord sur le fait qu’il est désormais possible de faire des applications web aussi mortelles qu’en client lourd.Mais ça ne changera rien au fait qu’il faille être connecté.

  • Je vois bien un Picasa (comme celui sur windows) en native client ! 
    Quelques soit le language (HTML5/JS, NaCl, flash, …) rien n’empêche de faire des applications hors ligne (totale ou partielle). D’ailleurs, ces dernières sont téléchargées et exécutées en local. (Après, ils font parfois appel à d’autres services web pour fonctionner)Il y a un faux débat autour Chrome OS, il n’est pas plus dépendant au net que iOS ou Android. La seule grosse dépendance au net, c’est pour imprimer où tu es obligé de passer par le net. (Android et iOs doivent avoir le même souci).Native Client apporterait donc ce qui manque à Chrome OS, l’exécution d’application « native » pour de meilleur performance.
  • Oui, mais il faut bien être connecté pour télécharger l’application… avant qu’elle ne s’exécute uniquement en local.

    Je ne suis pas trop pour que l’application « s’installe » de façon permanente sur le Chromebook, parce que je trouve que ça ouvrirait la porte aux malwares, même si dans le cas des programmes NaCl le code est sensé être scrupuleusement et automatiquement inspecté pour interdire les commandes système dangereuses.

    Quant à Picasa, je suis tout à fait d’accord. Google peut en fait recoder toutes ses applications en tirant parti de NaCl.

    Avec l’arrivée de Dart d’un autre côté, les développeurs Google doivent être en train de se poser pas mal de questions en ce moment…

  • Yvan, être connecté pour télécharger les applications, quand même, c’est logique.
    Une installation permanente par des applications officielles ou certifiées Google, pourquoi pas, au moins on connait les sources.
    Vous parlez de Picasa, j’utilise en ce moment Google Docs pour organiser un anniversaire. Nous sommes encore très loin d’Office. Il faut absolument des applications qui fonctionnent parfaitement pour attirer le monde.
    Native Client DOIT pouvoir ouvrir la voie.
  • On est pas obligé d’être connecté pour installer des applications (si la phrase sous-entendais cela).

    Dans Chrome, on peut installer des fichiers « .crx » qui sont des exécutables contenant toutes les donnés des applications (grossièrement équivalent à un « .exe », « .deb »,…). Donc ça revient identiquement au même que les autres OS (hormis que pour le moment, le crx ne peut pas dépasser 10Mo).

    Et oui, Google Docs est pas du tout au niveau de MS Office. Tout dépends de l’utilisation de la bureautique, mais je pense que pour 90% des gens, Google Docs est largement suffisant. (Pour moi, ce n’est pas le cas, rien que la non gestion des styles me fait reculer). Mais d’autres projet arrive comme LibreOffice en ligne ! => LOOL
    http://www.numerama.com/magazine/20177-lool-libreoffice-sous-forme-de-service-en-ligne.html

  • Oui… mais bon, je n’ai vraiment pas envie que Chrome OS devienne comme les autres OS justement… au détriment de la sécurité. Bref, moins j’ai à installer des trucs sur mon ordi, mieux je me porte.

    Quant à Google Docs vs. MS Office vs. Libre Office, j’ai envie de dire que pour l’instant, Microsoft ne fait pas mieux avec sa version web d’Office (pour l’avoir testé) et Office 365… euh… no comment sans l’avoir vraiment testé.

  • On en revient à ce que je disais dans un des sujets du forum: Google Doc, Spreadsheet, Draw… sont bien, mais dès qu’il s’agit de les faire interagir (intégrer un Draw dans un Doc par exemple), ça devient compliqué. Ce qu’il faudrait, c’est que l’interface de Google Docs évolue pour qu’on puisse, au sein d’une même fenêtre, ouvrir des documents de différents type et faire du drag & drop entre eux. Bref, que ça devienne une suite bureautique réellement intégré. 

    Je vois encore plus (très loin) en imaginant un site unique intégrant TOUS les services Google (communication, édition, recherche…).

    Mais pour construire un tel site, il faut avoir un langage un peu plus structuré que le Javascript et je pense que l’initiative Dart part de là. Je crois qu’aujourd’hui les applications web de Google deviennent très difficile à faire évoluer.

  • Beaucoup de bons commentaires ici. Ceux qui critiquent les Chromebook reviennent toujours avec l’argument « sans connexion, pas d’ordinateur ». Mais déjà aujourd’hui, un ordinateur sans Internet, ça sert pas à grand chose la plupart du temps. Pour la majorité, ce n’est qu’une dactylo ou une calculatrice de luxe. Que fais-tu après? Tu imprimes et tu l’envoie par la poste?
    La nécessité, c’est Internet, pas le mode offline. Alors Internet va éventuellement devenir accessible à 100% et le fait de ne pas avoir ses données online sera alors un handicap. La  question, c’est de savoir combien de temps va prendre la transition en termes de connectivité et d’applications internet.
  • Ne pas avoir ses données en ligne, ça signifie l’obsession de synchroniser ses clés USB, la parano des virus, d’avoir les bonnes applications (et les bonnes versions) là où tu vas, etc.
    Cette informatique est infernale. C’est pour ça que je crois dans l’avenir du Chromebook ou d’une autre solution du genre. Et tout ça, ce n’est que le début. Qu’est-ce qu’il y aura d’inédit dans le Cloud de demain?
  • Pour discuter souvent avec les personnes qui ont laissé les commentaires précédents, soit sur qu’elles ne critiquent pas les chromebooks.
    On pense juste qu’il faut montrer encore plus d’exigence, car les premières versions sont loin d’être parfaites. Malgré ça, j’adore mon chromebook.
  • Des applications web très productive et évolutive. En fait, il y en a déjà quelques unes, payantes. SmartSheet par exemple, une brillante application de gestion de projet, en HTML5. Tu peux y jeter un oeil sur le WebStore.

  • J’ai essayé cette app NaCl, mais ça me dit que l’utilisation de NaCl est interdite. Pourtant, dans about://plugins, ça dit que ce plugins est activé, et j’ai bien la dernière version de Chrome. Est-ce que quelqu’un sait pourquoi?
  • Si tu as installé l’apps, c’est bizarre qu’il te bloque. (Par défaut les apps NaCl ne fonctionne qu’avec des applications du webstore, il y a une option dans les flags pour contourner cela).
    Après NaCl est un plugin au même titre que Flash, donc tu peux vérifier que les plugins ne sont pas désactivés par défaut, dans la partie plugins de cette page : chrome://settings/contentEt si ça ne marche toujours pas, indique nous ton OS et ta version de Chrome (en tout cas pour moi, sous windows 7 et chrome Os avec chrome 15 ça fonctionne)
  • J’utilise la version 15.0.874.120 (la dernière en principe). J’ai vérifié  chrome://plugins, et tous les plugins sont activés. Dans chrome://settings/content, rien d’anormal je crois, les plugins sont à « exécuter automatiquement ». Je pense que tout est à la configuration par défaut, je n’y ai jamais touché. J’utilise linuxmint 10 (Ubuntu 10.10) et ça ne fonctionne pas. Message: “Le plug-in Native Client n’est pas autorisé”. Pourtant, j’ai essayé avec Elementary (Ubuntu 10.10 également) et ça fonctionne. La configuration est apparemment la même dans Chrome://plugins et dans Chrome://settings/content. Je suis donc assez perdu.
  • En fait, dans chrome://settings/content, je viens de revérifier et tout est à « Recommandé », et il n’y a aucune « exception ».
  • Oui donc c’est pas un problème de NaCl sur Linux alors, je comprends pas trop, mais tu peux également vérifier si des paramètres pour lancer Chrome pourrait bloquer NaCl. (dans chrome://version/  dans « Ligne de commande » tu as le chemin de l’éxécutable et les préfixes)
  • Oui, c’est difficile à comprendre. J’ai essayé de lancer chrome en ligne de commande avec l’option « –enable-nacl » et ça fonctionne. Alors je me suis dit qu’il fallait simplement repartir de zéro, j’ai désinstallé chrome, effacé toutes les données puis je l’ai réinstallé. Mais ça ne fonctionne pas plus. Et je ne trouve rien sur le web à ce sujet. Merci tout de même pour vos réponses. Pour l’instant, NaCl ne justifie pas qu’on y attache trop d’importance. Peut-être que la prochaine version de Chrome va résoudre le problème.

Laissez vous aussi un commentaire exceptionnel (ou pas !)

Partage cet article par mail