Samsung

Le Samsung Series 5, premières impressions…

Vous avez été nombreux via le blog ou les réseaux sociaux à me contacter pour me demander mes impressions du Samsung Series 5. Je parle d’impressions car je n’oserai pas parler de test, étant donné que je ne suis pas vraiment spécialiste dans le domaine. Si vous attendez de ma part des analyses du benchmark, de la mesure de chaleur dégagée par le chromebook… vous êtes mal tombé, l’avis que je vais vous donner est 100 % personnel, il ne vise donc pas à faire l’unanimité et je cherche encore moins à convaincre le public que Chrome OS est le système d’exploitation que tout le monde doit posséder. Permettez-moi de vous dire que le test va partir dans tous les sens, ce sont vraiment des impressions à chaud, à peine après une petite paire d’heures d’utilisation !

Désolé pour l'image pourrie, mais je l'ai, enfin !

Le produit, qualité, finition, taille, poids…

D’un point de vue général, la qualité de fabrication semble au rendez-vous, je  n’ai pas trouvé de problème particulier, j’aurai souhaité avoir un couvercle un peu plus résistant à l’ouverture ou à la fermeture, mais bon, il ne s’est pas encore refermé tout seul sur mes petits doigts ! Je n’ai pas encore pris le temps de tester les différents ports, USB, VGA…

Au niveau de l’autonomie, je n’ai pas testé en totalité, mais j’ai passé près de 4h dessus et il m’affiche un niveau de batterie supérieur à 50 %. L’autonomie annoncée par le constructeur semble donc tenir ses promesses, ce qui concorde avec les avis affichés sur de nombreux blogs. Concernant l’écran, on a entendu de tout à son sujet, je peux vous dire en première impression que la dalle mate me satisfait pleinement, la luminosité est pour ma part excellente. Je pondérerai mes propos certainement plus tard car je n’ai pas testé en extérieur.

Vous savez que ce petit bijou affiche une diagonale de 12 pouces. Au niveau poids, certains diront que c’est trop, ça me convient tout à fait, je me suis même surpris à l’utiliser chez moi en marchant (trajet canapé – frigo :mrgreen: ) Bon, ça doit être plus facile avec une tablette quand même !!! Maintenant que j’ai rédigé quelques textes, je peux vous dire que c’est le gabarit idéal pour les usages liés à la navigation sur Internet, et en particulier pour les blogueurs. Je vais y revenir tout à l’heure, car c’est l’énorme point fort de ce produit.

Je reviens maintenant sur le clavier et le trackpad, car j’en ai des choses à vous dire. J’ai commencé à l’utiliser hier soir. Le trackpad est très particulier, j’ai presque galéré au départ. Le trackpad réagissait mal, peut-être en raison de la météo orageuse et d’un climat très humide sur Montpellier, au point d’avoir les mains moites. C’est peut-être une explication. Ce premier contact ne doit pas vous faire peur, car l’apprentissage se fait en un tour de main, les différentes actions (clics, double clic, clic droit, scrolling) sont acquises très rapidement. Et maintenant, après quelques heures d’utilisation, tout est rentré dans l’ordre. Un retour également sur le clavier: j’adore. J’ai la grande chance d’être dactylo, je frappe aussi rapidement que sur un clavier PC, un véritable régal. Au niveau des touches, si vous avez déjà vu des captures d’écran, Google a revu le fonctionnement, et on y gagne franchement en efficacité. Toutes les touches du clavier ont une réelle utilité, j’avais des touches sur mes précédents ordinateurs que je n’utilisais jamais. A la limite, j’ai un regret sur la disparition de la touche « Supprimer ».

Chrome OS et son fonctionnement

Quand j’ai acheté mon chromebook, je savais parfaitement à quoi m’attendre, puisque ça fait près d’un an que je suis l’actualité propre à Chrome OS. Malgré tout, l’interface est déroutante, aux premiers abords. Si vous achetez Chrome OS sans savoir ce que c’est, vous aurez une énorme déception. Car on ne retrouve rien de ce qu’on connaissait jusqu’à maintenant (pas de bureau, pas de dossiers tels qu’on les connait à la sauce Windows, pas de… la liste est longue). Cela conviendra pour certains, pas du tout pour d’autres, mais le constat est bien là. Le paramétrage se fait très simplement (même si j’ai rencontré quelques difficultés pour accéder à mon réseau privé), on saisit ses identifiants Google et tout se lance rapidement grâce à la synchronisation. Pour quelqu’un qui ne veut pas perdre de temps avec les mises à jour, les bases de registre, les lignes de commande, et qui veut se consacrer uniquement à la navigation (et cela concerne, qu’on se le dise, énormément de personnes), Chrome OS n’est pas bien, il est PARFAIT !

Je ne supporte pas d’attendre plus d’une minute pour accéder à un mail urgent à lire lorsque je démarre mon PC (avec les PC que j’avais puisque j’en ai plus). Là, c’est immédiat, il n’y pas d’attente. Google tient largement ses promesses sur le temps de démarrage. Que dire des mises à jour automatiques, un must.

La contrepartie de cette simplicité, c’est que les geeks ou bidouilleurs pourront passer leur chemin, Chrome OS donne l’impression d’un système cadenassé, où il n’est pas possible de sortir d’un cadre « imposé ». Cela sonne comme une critique, ça n’en est pas une, pourtant ! Je n’ai plus envie de me prendre le choux avec quelque chose qui marche une fois sur deux, un programme qui n’a pas supporté une désinstallation ou un redémarrage forcé !

Concernant les spécificités de Chrome OS et de ce chromebook, je m’arrête là pour cette description, je rappelle que ça reste une réaction à chaud, il y a encore énormément de choses à dire, notamment de nombreuses critiques qui peuvent être faites, sur le fait qu’il ne prend pas en charge l’AVI, que le comptabilité avec des applications locales ne peut pas être assurée (enfin, pour l’instant). J’ai tout à fait conscience qu’il y a des fonctionnalités encore essentielles qui vont me manquer et que je serai obligé pour certains logiciels de piquer le PC de ma copine ! J’ai juste fait un choix qui me satisfait, car je passe la quasi exclusivité de mon temps sur Internet.

Pour quel public ?

Ah, je vous ais dit en début d’article que j’allais y venir. Et j’y viens car c’est là que Chrome OS présente un grand intérêt, et par incidence un potentiel énorme. Quasiment chaque foyer est équipé d’un PC. Vous en connaissez beaucoup de personnes qui sont spécialistes de la photo, du montage vidéo, de la programmation… Forcément, oui, si vous êtes branchés informatique, mais cela ne représente pas l’utilisateur lambda. Les gens n’achètent pas un PC pour bidouiller, ils l’achètent pour passer du temps, en tant que support. Le commun des mortels se fout de l’informatique, ce qu’il veut, c’est trouver sa recette de cuisine, savoir où acheter sa pièce manquante pour réparer sa voiture ou son outillage pour le jardinage (bon, ça c’est pour le modèle bon père ou bonne mère de famille). L’étudiant, il veut collaborer avec ses collègues, le lycéen, il veut pouvoir partager avec toute sa communauté sur Facebook (pardon Google+ !!!!).
Et le chromebook répond incroyablement bien à ces usages. Pour cette raison, Chrome OS se destine à toucher le grand public.

Je veux parler aussi des rédacteurs de blogs. Ça a été ma toute première impression lorsque j’ai manipulé ce Samsung, le chromebook est parfait pour tenir sa veille informatique et alimenter son blog. Eric sur Presse Citron a semble-t-il fait le même constat malgré le fait qu’il ait rencontré quelques problèmes pour connecter sa clé 3G. Et je fais ce même constat.

Allez, j’ai terminé pour ce soir, je serais très heureux de lire vos réactions. J’espère pouvoir rédiger des tests beaucoup plus concrets (et sérieux !) dans les jours à venir, je tenais juste à vous faire partager mon enthousiasme, tel un gamin qui reçoit un cadeau qu’il attend depuis longtemps (1 an en ce qui me concerne).  :mrgreen:

A propos de l'auteur

Christophe

Passionné de high-tech et fasciné par Google, ce blog est un "laboratoire" permettant de m'exprimer sur les différents services et produits de Google, en premier lieu les chromebooks et les appareils Nexus

16 commentaires absolument uniques ont été postés à ce jour

  • Est-ce que youtube et les jeux flash fonctionnent bien ? 😮

    Est-ce que tu pourras essayer des jeux web comme quake live ou minecraft (qui fonctionne aussi par navigateur ) ? 😮

    Merci 🙂

  • salut toshiba, comme je le dis dans l’article, je livre mes premières impressions, c’est donc très imprécis et incomplet tout ce que je raconte.
    Mais je check ton commentaire, je testerai dans le week-end et je te ferais les retours, pas de souci.
    Edit: pour youtube, aucun souci en ce qui me concerne.
  • Je commente au niveau de la question concernant Flash. Mon petit retour d’expériences est mitigé sur cet aspect. Pas de problème pour des animations de base, ni même les vidéos, mais pour les pures applications Web tournant en Flash, c’est vraiment pas idéal. Gliffy pour la création de schémas (http://www.gliffy.com/gliffy/) est par exemple totalement inutilisable.
  • Minecraft ça m’étonnerait, c’est en Java il me semble… Et pas de Java sous Chrome OS !

    Et pourquoi des difficultés à mettre la clé 3G ?

  • Je suis tout à fait d’accord avec ce qui est dit. Je rajouterais que les Application en flash passe légèrement mieux avec le player Flash 10.3 que la version Chrome (pepper en 10.2). De plus, cette dernière semble accusé des manques (Peut être au profit de la sécurité/autonomie).
    Pour Gliffy, ça semble être un problème sur Chrome 12 (sur windows également, ça ne fonctionne pas), par contre, ça sera peut être arrangé par la suite car ça tourne avec Chrome 14.
  • AHHH enfin ton Samsung Series 5 tu as l’air plus que content pour tes premières heures sous Chrome OS.

    Par contre, je me permet de revenir sur un petit passage avec lequel je ne suis pas d’accord avec toi: « La contrepartie de cette simplicité, c’est que les geeks ou bidouilleurs pourront passer leur chemin, Chrome OS donne l’impression d’un système cadenassé, où il n’est pas possible de sortir d’un cadre « imposé ». »

    Il est très simple de créer une application pour Google Chrome, et donc Google Chrome OS, celles-ci utilisent deux technologies qui sont connues et maîtrisées par la cible geek de Google, l’HTML5 et JavaScript. Après pour faire une application complète, il suffit d’effectuer des tâches par des appels à un serveur distant, et tu disposes d’une application complète.

    Pour ma part, si Google Chrome m’intéresse autant c’est parce que ces deux technologies sont utilisées au quotidien dans mon travail. Et oui actuellement, j’ai quelques extensions dans les pipelines et c’est en grande partie de cette manière que nous avons résolus certains problèmes. Je pense vraiment que Google Chrome OS est le reflet d’une grosse partie des informaticiens de cette génération Internet.

    Et sinon j’attends ton test complet de ton nouveau joujou avec impatience 😀

  • je suis d’accord avec alex il est tres facile d’installer ce que l’on veut sur chrome os et le transformer de fond en comble mais à quoi bon autant utiliser linux directement .
  • tout à fait d’accord avec vous, je suis content de ma nouvelle acquisition . Je suis fan de google depuis ses débuts et surtout de chrome, alors naturellement le chromebook m’a séduit, d ‘autant que Samsung a sorti là un bon matos! Un bémol cependant, l utilisation des fichiers perso dans le cloud est assez laborieuse mais je suis certain que Google y remediera au fur et à mesure. Merci pour votre commentaire
  • et Alex Si vous n’êtes pas d’accord juste avec ce point, alors tout va bien ! lol
    Plus sérieusement, je maintiens, mais ça mérite d’être développé. Pour un « novice », Chrome OS semble cadenassé. Sur Windows, on a vite fait de se retrouver sur les fichiers systèmes ou dans la base de registre sans trop comprendre pourquoi. Combien d’utilisateurs ont désinstallé une application en faisant supprimer (oh, ça m’a toujours fait marrer ça). Sur Chrome OS, ça fait très verrouillé, on ne risque pas la mauvaise manipulation. Après effectivement, quelqu’un qui touche un peu au domaine trouvera peut-être son compte.
    Bon, enfin, je suis en train de m’enfoncer là !!!!! ahaha
  • Je suis pas sur qu’un core i serait plus utile. C’est pas le processeur qui pèche trop, c’est vraiment le gpu (bien que les core i ait un meilleur gpu). Un atom N570 couplé à du Nvidia Ion (ou un brazos C50), c’est parfait. Après on voit une amélioration du gpu dans les prochains atoms, et si des modèles ARM arrivent, il y a de fortes chances que ça soit proche du tegra 3 donc pas de souci au niveau du GPU.
  • Ah, j’avoue que je n’avais pas testé sous Windows pour vérifier concernant Gliffy. Merci pour la précision.

Laissez vous aussi un commentaire exceptionnel (ou pas !)

Partage cet article par mail